Procédure pour tentative de viol puis bestialité commencée en 1783

Source : Archives départementalesde la Vienne : B VIII 121. Transcription par : Antoine Follain, avec Gilles Dermy, Charlène Herbin, Eléna Lang, Mathilde Loas, Clotilde Lompré, Noé Montero, Julie Menotti, François Nunès, Coraline Pujol, Benjamin Ratichaux, Camille Reveillère, Laurent Ropp et Marie-Aude Schittly, étudiants en master.

L’acte et crime de bestialité dans l’histoire

La bestialité était punie de mort du XVe au XVIIIe s. mais seulement dans le monde chrétien. L’interdit venait de la Bible : “L’homme qui donne sa couche à une bête : il devra mourir et vous tuerez la bête. Si une femme s’approche d’une bête, pour se prostituer à elle, tu tueras la femme et la bête ; elles seront mises à mort : leur sang retombera sur elles.” (Lévitique 20.15-16 ). Le carnet de recherche porte sur l’étude de cet acte et crime à l’époque moderne à partir de sources nouvelles ou déjà connues mais mal traitées, ainsi que sur la question dans la longue durée, peut-être de 8000 avant J.-C. (Val Camonica) jusqu’à aujourd’hui car le sujet a un intérêt maximal dans une histoire connectée des civilisations et cultures à travers toute l’histoire. Bestialité ancienne et zoophilie contemporaine sont une manière d’interroger les normes sexuelles. Ici le “pervers” est un révélateur et les zoosexuels contemporains vont plus loin dans certaines revendications que leurs prédécesseurs ne sont jamais allés. Mais c’est dans le passé que les tensions ont été les plus fortes, avec des réactions sociales et judiciaires extrêmes dans telle culture, et ailleurs une indifférence totale… ou une absence de sources. Au final, la recherche contribue à une réflexion générale sur l’animalité et l’humanité qui devient aujourd’hui très intense. Le carnet publie des textes en français et en anglais. Il édite des documents bruts, tirés des fonds d’archives judiciaires des XVe XVIe XVIIe et XVIIIe siècles et par exemple de la littérature “aliéniste” qui prend en charge la question au XIXe s. Le carnet veut inscrire dans le paysage numérique une balise assez visible pour attirer des collaborations.